4.9.15

Home # with and without



Les enfants ont repris le chemin du lycée/CP/crèche, une drôle de rentrée, sous la pluie et le froid, et la prochaine saison qui nous tombe dessus d'un coup. J'ai repris le chemin du travail. La maison s'est remplie puis s'est vidée d'un coup, pour huit heures par jour, une maison "sans personne". J'aimerai y passer plus de temps, histoire de faire cette longue liste de rêves griffonnés sur des carnets.
Une envie de faire des gâteaux, de se retrouver autour d'une saveur sucrée, de couleurs automnales, d'un thé vert au jasmin et de se réchauffer ensemble, tout à coup face à la chute des températures dehors (et dedans !!!). On pense déjà au feu de cheminée, aux châtaignes à venir et aux feuilles qui vont tomber. On joue aux cartes follement, tout le temps (connaissez-vous le deutch, ce jeu dont Issa est fou-dingue?).
 
Cette semaine j'ai rangé la cuisine, avec la même méthode qu'il y a deux ans déjà. J'ai donné les thés que je ne bois plus, vidé les pots incongrus, (jeté les trucs oubliés au fond des étagères), remis des noms sur les bocaux d'herbes et remis des graines à germer pour faire des salades vivantes.
Et puis est venue cette envie de cake au citron-pavot, toujours sans gluten, pour continuer à lutter contre cette bactérie de Lyme qu'a attrapée mon homme et qui semble se nourrir de gluten (et rendre malade mon homme). Petit à petit la famille entière a basculé (ou presque) aussi pour autre chose que le blé, ce n'est finalement pas si compliqué, un peu plus cher, mais plus intéressant aussi, côté cuisine. J’atteins facilement le nombre de 6 ou 7 farines différentes dans les pots de l'étagère (riz, millet, sarrasin, mais, pois chiches, petit épeautre et châtaigne...) et j'en ai encore pas mal à tester. Mon cake se passera de sucre aussi (merci le sirop d'agave) pour tenter de limiter l'addiction qui fait s'énerver mon garçon (l'ostéopathe nous ayant dit il y a quelques mois que sa fatigue et sa colère étaient liées au sucre...gloups, alors que j'avais déjà l'impression qu'on en consommait peu) et tout le monde avec.
Je n'aime pas trop être "sans ça" et "sans ça", et finalement je préfère les mots anglais de "free", me voir libérée des farines et sucres raffinés, et découvrir la pâte de datte ou la farine de coco. Une cuisine "avec" ou "sans", finalement l'envie de revenir concocter des petits plats et des gâteaux, et de s'y retrouver tous. Vivement le week-end.

Ah oui, pour celles qui ont remarqué, je retricote la bordure du Latte, parce que vraiment, ça coince...(à suivre)


These days there was the come back to school and to work - high school for Louise (is it really possible?), and first grade for issa. A special time for coming back home after the holidays and then go back to school, with the house becoming empty again during so many hours. I wish I could stay there and make happen all the dreams written in my notebooks.
These times I needed a good cake, a poppy/lemon one, and cart plays with issa during hours (he is such a fan!). These low temperatures give us the feelings of automn, chesnut and fire in the chimney. A green tea with jamine flowers welcomes me every morning and I love this feeling.
This week  I had to reorganize the kitchen, as I did two years ago. Cereals, flours, seeds, dried herbs were stored and labelled, classified in a better way.

A kitchen without gluten, because of Lyme disease for J., and because the Lyme bacteria feeds herself with gluten and sugar. This gluten free kitchen made me discover other kinds of flour, and I have regularly 6 or 7 different kind on my shelves (Rice, millet, buckwheat, maize, little spelt, chickpea and chestnut). For the sugar, I already knew that it was not good for us. Now we know that it is not good either for Lyme disease. And some months ago, the osteopath said issa was very sentitive to sugar, bringing anger and tiredness to him. So we also try to avoid it when we can, using agave syrup and date paste. Still there are many things new to discover in this kitchen "without", coco flour or chia seeds, and so many new recipe to try. That gives me ideas. I'm welcoming my week-end time....

And for those how noticed, yes, I'm knitting again my Latte cardigan, as the border was really not adapted... (to be followed).

1.9.15

in the middle


I feel like to be straight in the middle of something. Perhaps straight in the middle of my life, with many questions on how I could dream it, and if I should make the dream come true, or if it is enough dreamy like it is. I have few things to complain about, I have 3 beautiful and healthy children, a family and a so cool husband, a place I can call home, and soon a place I can really call my home. I have a job, an interesting one... even if feel I spend too much time with it, in front of a screen or at the telephone.
But a little voice just tells me that all the dreams of one life can become true, if we need them.
And I really need to slow down, even if I already live in the countryside, at the bottom of the mountains, where the rhythm is low compared to Paris or even Toulouse. My inner rhythm is slower.
I dream to watch them more, to take the time, like in those 3 weeks of holidays, to observe them as they grow, as they learn by themselves, as they breathe and resolve problems on their own.
I do not have enough, I want more.
Some months ago, we begun to speak about what could be this familial adventure for us. And w slowly planned to spend a special 3rd trimester this year, to make it possible to be together as a family (and more than 3 weeks), all the time, away, and to find OUR rhythm... our plan for a simple life, on slow and rich days.
This step away has a cost of course, for the travel fees and the everyday needs, including food. So we'll make it simple in the coming months, to live with few, to save money, and include a professional project to our trip, because this trip will not be holidays, it will be just life!


Je me sens juste au milieu de quelque chose, peut-être juste au milieu de ma vie ? Beaucoup de questions (surement la quarantaine, hein?) sur mes choix, mon mode de vie, mes envies et mes rêves. Je n'ai pas vraiment de quoi me plaindre avec mes trois beaux enfants en pleine santé, un mari si cool et attentionné, un endroit que j'appelle "chez moi" et une petite maison qui sera bientôt vraiment notre chez nous. J'ai un boulot, intéressant même si j'en ai un peu marre de passer mes journées au téléphone ou devant un écran.
Mais une petite voix s'entête à me dire que j'ai besoin d'autre chose, que j'ai encore des rêves dans la tête et qu'il faut savoir les réaliser avant qu'ils ne s'envolent. J'ai besoin de ralentir tout ça, le rythme, la vitesse, le tourbillon de ma vie. de voir mes enfants grandir sans tout le temps avec besoin de les faire aller plus vite, et pas seulement durant 3 semaines de l'année.
Parce que oui, derrière les photos d'enfants à la montagne, dans le jardin ou en ballade, il y a aussi bien sûr le quotidien ou la maman répète "dépêche toi" un nombre de fois incalculable et s'énerve quand ses petits bouts ne veulent pas sortir de la voiture/ monter l'escalier/ fermer les portes/ se laver les mains/ mettre la table/ou tant d'autres choses après des journées épuisantes pour tous à l'école, la crèche ou au travail...
J'aime tant les regarder pousser, respirer, être eux-mêmes, résoudre leurs problèmes et faire tomber leur colère, ou juste avoir envie de rester là, à la maison, en pyjama, rêver à des mondes imaginaires. Pour tout cela il faut du temps, du temps ensemble, du temps non compressé, moins de choses à faire rentrer dans l'agenda.

Depuis quelques mois nous y réfléchissons, comment faire arriver tout cela dans notre famille. Comment embarquer tout le monde dans cette aventure d'une vie ensemble, partagée, posée et plus calme ? Alors notre choix s'est porté sur ce troisième trimestre, de le vivre ensemble et ailleurs, pour une sorte d'essai de quelque chose, d'une période de la vie où l'on serait tous les cinq, ou l'on oublierait un peu la garde alternée de la plus grande (merci son papa), et où l'on chercherait notre propre rythme commun. Juste des jour simples, peut être chaotiques, peut être calmes, peut-être un peu moins pressés qu'aujourd'hui.
Bien sûr cette expérience aura un coût, qu'il nous faut déjà prévoir aujourd'hui, en vivant plus chichement, en "mettant de côté", en dépensant moins, et en pensant à un projet professionnel autour de ce voyage, qui ne sera pas vraiment des vacances, mais plutôt la vie !




30.8.15

Home! and late 33-34-35/52

33/52 : all 3 together around the water at their grandma's home in Dordogne. We invited many friends there and we were each day 27 to eat together, what a job during 5 days!!! But it was so pleasant!


34/52: flowers everywhere at grandma's home, and life outdoor every minute, that's paradise...


35/52: a week under the pine, close to the Atlantic Ocean, riding bicycles and taking baths in the lakes. We experimented the life of a 4 children family (with louise dear friend), it was so great!

I will not annoy you with my holidays pics, as (honestly) I did not take much, being with my three little ones, and fully with them most of the time (and more with my phone than with my camera). But I wanted to continue this 52 project and make sure I have a portrait of almost all the weeks of the year...
We just came back yesterday and I have new plans for this space, this little window on my (our ) life, as  many new project are on our road. I hope you will follow as always, our new adventure for our life as a family and our traveling projects for the year to come!!!! Wishing you a very good end of August, dear friends!

Je ne vais pas vous ennuyer avec mes photos de vacances, car j'en ai pris si peu ! Finalement, j'ai trouvé mon appareil photo bien lourd et jamais au bon endroit quand j'en avais besoin. Et puis j'ai vraiment passé du temps au milieu des enfants, des amis, de la famille et les pauses photos ont été rares. Mais je voulais quand même rattraper un peu mon retard de portraits commencé en début d'année, pour avoir presque toutes les semaines un petit souvenir de ceux qui grandissent si vite à mes côtés. En m'éloignant presque trois semaines des ordinateurs, j'ai eu le temps de voir mes envies pour cet espace et de mieux y revenir, j'espère que vous me suivrez dans cette nouvelle période pleine d'aventures qui s'annonce, pour notre famille et nos pérégrinations... Je vous souhaite une belle fin du mois d'aout et je vous dis à tout bientôt!

10.8.15

32/52




A portrait of my children, each week, in 2015, following Jodi & Else :)

Days of summer, sometimes sunny, sometimes cold!
We're packing to go on holidays in one hour or two...

7.8.15

the poet





De retour à la maison, mon garçon chantant une chanson sur les bébés renards et les bébés blaireaux, avec dans sa main son bâton de marche fabriqué au mini-camp. grand-père Benoit, qui organise le camp, nous a dit que c'était un poète :)
Il a dormi comme un loir dans la yourte, adoré faire la vaisselle au grand air, et se baigner dans l'eau froide des rivières et des sources, quoi d'autre ? (je ne le saurais peut-être jamais, ou par bribes, à son rythme, il racontera, ou pas ...). ce que je sais de plus en plus c'est que mon garçon a besoin d'être dehors, de se sentir entouré par ces forêts, cette nature pleine d'histoires et de légendes, dans son monde imaginaire. J'aimerai qu'il puisse grandir de cette manière, en regardant la nature bouger autour...
Ces vacances sont une chance de profiter de cette vie qu'on pourrait parfois imaginer sans école, à la maison, dans les bois, bonne pour l'esprit, la tête, le corps! J'ai trouvé tout plein de livres (notamment ici) trop intéressant sur les apprentissages et la vie sans école, ou l'école à la maison... je me les réserve pour les vacances et les jours calmes au bord de l'eau...



Back home, happy and singing a song on baby badger and baby fox, with in his hand, his handmade walking stick... the people from the camp said he was a poet :)
He slept as a dormouse in the yurt, and loved to wash the dishes there, and to take a bath in the river, what else? (well, I will know little things everyday or so, but not many from now...on his proper rhythm, he will tell, or not!) I know that my boy needs to be outside, to walk and to be in his imagination world. I wish he could stand and grow like that, in the woods, looking at nature around...
Those outside holidays are such a treasure that could easily fit as an unschool life... good for the mind, the spirit and the body! I found many interesting books for my august holidays, on unschooling and homeschooling, I can't wait to read them all during peaceful days!
Those ideas clearly make they way in me...

5.8.15

latte






Et voilà mon en-cours de l'été terminé, un Latte de Lisa Chemery. Après le Kyoto, que j'avais beaucoup aimé, j'ai encore plus aimé le Latte. Un point original et qui a de l'allure sur la bordure
(même si j'ai un peu trop serré ce point), une petite poche jolie comme je les aime. Il me faut trouver un nouveau projet à glisser dans mes valises pour les vacances qui arrivent à grand pas : plus de 3 semaines, il faut que je dévalise Ravelry, c'est sûr !!!! Un petit bonnet ou deux et puis.... ?

Non pas de photos porté, vous avez vu la chaleur ? Lili refuse de l'essayer !

Ending my current project, Latte from Lisa Chemery, so nice to knit fir Lili (after the Kyoto from her too, that I enjoyed very much). What will be my next project, as I plan to be on holidays during more than 3 weeks... ? Well, I have to take a little time on Ravelry to prepare my suitcase in a correct way, don't you think? I might plan a hat or two but after ???

No, not one picture of the Latte on lili, you know with the heat, she refuses to try it!

3.8.15

on a new adventure










Hier, nous avons accompagné Issa à la ferme, pour une nouvelle aventure. Pour être vraiment honnête, il n'avait pas choisi d'y venir ou réclamé de partir en camp. Mais quand nous avons organisé la période d'été pour les enfants, il a fallu faire des choix, n'ayant pas deux mois libres à leur consacrer. Un mini-camp avec l'école en juillet, puis une semaine avec nous, une semaine avec ses grands-parents et sa soeur à la mer, une semaine à la maison avec des amis... et il nous restait encore une semaine (ou demi-semaine plutôt) à organiser avant les vacances en famille. Il n'avait résolument pas envie d'aller au centre aéré local (qui n'est pas vraiment très aéré, d'ailleurs mmm), nous lui avons donc proposé un mini camp à la ferme locale bio. 3 nuits de camp "grands affûts pour petits futés", pour voir et entrevoir des animaux et leurs traces. Il n'était pas vraiment très enthousiaste à l'idée d'y aller sans connaître personne. Mais l'idée a fait son chemin et une fois sur le départ, il était - disons- "d'accord" pour y aller.

L'endroit est vraiment magique, dans les bois, aménagé avec délicatesse et on aurait bien eu envie de rester avec lui, là-haut, au milieu des yourtes et des vaches, chèvres et moutons. Une jolie source alimente le réseau du campement, des bassines sont installées pour la baignade, des yourtes et des granges servent pour le repas et les nuits, la toilette et autres, éparpillées dans les bosquets. Ils iront peut-être même passer une nuit à la belle étoile si le temps le permet. Et puis je suis sûre d'un accueil bienveillant dans ce lieu qui a donné naissance au jardin d'enfants Steiner du coin.

Mon garçon a eu l'oeil brillant de rencontrer d'autres garçons de son âge, de voir ces petits chemins et de découvrir la yourte où il passerait les nuits. J'ai eu l'impression qu'il était tout confiant de rester là-haut avec un organisateur que nous connaissons depuis longtemps. Un (deux) petit bisou d'au-revoir et le voilà reparti dans le monde de la forêt.



Yesterday, we came along Issa to the farm for a new adventure for him. To be honest, it was an adventure he did not really choose or claimed he wanted to go. In June, when we organized the July-August period, we had to make choices. A little camp with school in the beginning of July, then a week with us, then a week with his grandparents and sister to the sea, and then one week at home with friends. But still was a week, or half a week, that we could not manage with him, because of work. He did not want to go to the daily children's outdoor activity center (which is mainly indoors...). And I understood him. So we proposed him to go to a mini-camp at our organic local farm, for a 3 nights mini-camp, a "laying in wait" camp, trying to see wild animals and animal prints. He was not so enthusiastic with the idea of going with nobody he knew. But the idea made its way and when we headed into the car to go, he was OK with it.

The place is just so special, beautiful and wild, magic and peaceful. Cows, sheep and goats are around, a little spring runs in the middle of the woods, and many yurts welcome the kids. They will perhaps sleep a night outside, if the weather is OK. My boy was happy to meet other children and felt reassured that we have been knowing the camp planner for many years. At the end, he just kissed and say goodbye, with impatience to talk to those boys he had just met. Go wild, my boy...